Les videos présentées ci-dessous sont en format Flash,
elles ne nécessitent pas de player particulier

Duo mains nues
 
1 : Applications martiales du début du style Yang (self-défense)

Les formes lentes de Tai Ji Quan sont des chorégraphies martiales : chaque mouvement peut représenter plusieurs applications martiales (frappes, clefs, projections, balayages). Pratique solo et applications martiales sont pile et face d’unemême pièce ; solo et duo se nourissent l’un l’autre.

Premier mouvement de la forme (Commencement)

Get the Flash Player to see this player.
 
2 : Applications martiales du début du style Yang (suite)

Deuxième mouvement de la forme : sur attaque lancée : frappe avec le dos de la main
Get the Flash Player to see this player.
3 : Applications martiales du début du style Yang (suite)

Deuxième mouvement de la forme. Sur saisie : clef sur coude
Get the Flash Player to see this player.
4 : Applications martiales du début du style Yang (suite)

Dans la tradition du Tai Ji Quan, on est invités à travailler beaucoup plus à partir d’un contact pré-éxistant corps à corps (mains collantes) que sur attaque lancée (à distance). Par courtoisie dans le Tai Ji Quan, les clefs sont beaucoup plus pratiquées que les frappes. Elles premettent d’approfondir le concept des spirales (Chan Se Jing) si important dans le Tai Ji Quan.
Get the Flash Player to see this player.
5 : Tuishu – Poussée des mains (mains collantes) Inventaire de quelques bases
Il existe un grand nombre de Tuishu (poussée des mains ou mains collantes), mouvements en huit, où il n’y a ni perdant ni gagnant (dans la pratique de base !). Dans le Tuishu, les pratiquants peuvent mettre à l’épreuve leurs acquis du solo (postures, enracinement, spirales, travail de la taille, etc etc…), et rentrer peu à peu dans le ressenti de devenir un Tai Ji à deux (méditation à deux sur le Hua Jing, énergie de mutation). On pratique d’abord à pas fixes, puis à pas mobiles rectilignes, et enfin giratoires en s’ouvrant de plus en plus vers la pratique spontanée.
Get the Flash Player to see this player.
6 : Sanshu
Dispersion des mains, forme codifiée à deux (niveau très supérieur de Tuishu)


C’est une longue forme codifiée d’exercice à deux de Tai Ji Quan (durée environ 4 minutes) représentant une succession d’attaques et des défenses, véritable trésor d’applications martiales des formes solos de Tai Ji Quan, et en quelque sorte une forme très élaborée et très riche de Tui Shu (mains collantes – poussée des mains de Tai Ji). La pratique du San Shu permet peu à peu d’améliorer le ressenti de la pratique solo à tous les niveaux (enracinement, centration, utilisation de l’axe et de la taille par rapport aux membres, unité de la structure en mouvement, trajet et utilité des spirales, élasticité, alternance de l’ouverture et de la fermeture — Kai-Heu, compression/déploiement), en bref une meilleure perception de tous les couples opposés/complémentaires yin/yang. Solo et Duo sont pile et face d’une même pièce (Maître Mahong)
Le Sanshu est une occasion de s’ouvrir à deux à une méditation sur le Hua Jing (énergie de mutation, si chère à la pensée taoïste).
Get the Flash Player to see this player.
7 : Clefs et projections
Beaucoup de mouvements de Tai Ji Quan représentent des clefs ou/et des projections. Elles sont montrées ici à partir d’une situation de mains collantes (4 portes). L’étude des clefs est entre autres très utile pour la sensation approfondie de deux aspects fondamentaux du Tai Ji Quan : les spirales (Chan Se Jing) et l’élasticité (Tan Jing).
Get the Flash Player to see this player.

imprimer  imprimer